mercredi 25 juillet 2012

L’état de choc


Tecnique de secourisme  retiré du livre sur le « Secourisme militaire » orienté vers la sécurité. 1992 Chapitre 10


L’état de choc résulte d’une défaillances de la circulation vers certaines parties de l’organisme. Le cerveau et d’autres organes vitaux peuvent ainsi être privés d’oxygène. L’apparition peut être graduelle ou rapide. L’êtat de choc s’aggrave progressivement et, non traité, il entraîne la perte de connaissance et la mort.

Il existe plusiurs sortes de chocs, mais tous résultent d’une détérioration de la fonction du système cardio-vasculaire, couer, sang et vaisseaux sanguins, dont l’un des principaux rôles consiste à fournir de l’oxygène, de l’energie et des éléments nutritifs aux cellules de l’organisme.

Signes et Symptômes

Les signes et les symptômes suivants peuvent se manifester en totalité ou en partie et s’intensifer si l’état de choc s’aggrave.  Apprenez à les reconnaître, lorsqu’ils apparaissent chez vous ou chez autres.  En voici quelques-uns :

·  agitation et angoisse, souvent les premiers signes ;

·  pâleur ou coloration gris bleu de la peau, en particulier au niveau des l`evres, du lobe de l’oreille et du lit de l’ongle
·  peau froide et moite
·  sueurs
·  détresse respiratoire : respiration superficielle, irrégulière, rapide ou haletante
·  pouls rapide et faible
·  soif
·  nausées et vomissements
·  perte de connaissance progressive.


Premiers Soins


Les personnes en état de choc doivent recevoir des soins médicaux d’urgence.  Attendez-vous à la présence ou à l’apparition du choc à la suite de certaines blessures.  Libérez les voies respiratoires.  Donnez les premiers soins appropriés afin de ralentir la progression du choc.

·  Traiter les causes évidentes du choc. S’assurer que le sujet respire, réprimer les hémorragies externes, éclisser les fractures et panser les brûlures
·  Apporter réconfort et soutien.  Le sujet peut être anxieux et éprouver de la douleur. Une attitude calme et un comportement professionnel peuvent grandement contribuer à le rassurer
·  Le manipuler avec soin
·  Desserrer ses vêtements au cou, à la poitrine et à la taille
·  Prévenir tout refroidissement. Le protéger contre le froid et l’humidité du sol et l’enrouler dans des couvertures. Éviter qu’il ait trop chaud
·  Ne rien donner par la bouche, le polytaumatisé aura besoin de chirurgie
·  Humecter les lèvres du sujet conscient qui se plaint de la soif au moyen d’une serviette mouillée
·  Évacuer le sujet aussitôt que possible vers les secours médicaux.

 

Position d’une victime en état de choc

Une victime en état de choc doit être placée dans une position qui ralentira la progression du choc et lui offrira le maximum de confort.

·  De préférence, le sujet devrait être étendu sur le dos, la tête plus basse que le reste du corps et les pieds légèrment élévés de 15 à 30 (6” à 12”)
·  Cette position permet de maintenir l’afflux sanguine dans les organes vitaux en croissant la circulation vers le cerveau, en prévenant l’accumulation de sang qui retourne au cœur.
·  Tenez compte de la nature des blessures. La victime d’une fracture du bassin ou du fémur, ou d’un traumatisme à la colonne vertébrale devrait d’abord être immobilisée sur une planche dorsale. On peut ensuite élever légèrement la partie de la planche ou du brancard sous les pieds.
·  Le sujet souffrant de blessures thoraciques, ou de troubles cardiaques ou respiratoires évidents, est habituellement plus à l’aise en position semi-assise.
·  Le sujet inconscient devrait être placé en position latérale.

*La position latérale de sécurité

La  position latérale de sécurité contribue à assurer l’ouverture des voies respiratoires et permet l’écoulement par la bouche, s’il y a vomissement ou hémorragie. On place dans cette position le sujet qui est inconscient, à la condition d’avoir éliminé toute possibilité de blessure à la colonne vertébrale ou au cou. Si la position est contre-indiquée en raison de blessures, on demande à quelqu’un de surveiller le blessé.
Afin de placer en position latérale de sécurité un sujet trouvé étendu sur le dos, procédez comme suit :

·  agenouillez-vous à côté du sujet et fléchissez le genou de la jambe la plus éloignée
·  placez le bras le plus éloigné du sujet en travers de l’abdomen ou de la partie inférieure de la poitrine
·  étendez le bras près de vous au-dessus de la tête du sujet de telle sorte qu’il soit dans l’axe du corps
·  placez-vous à la hauteur de la taille du sujet. Tout en le soutenant sous le genou fléchi et le bras en travers, faites-le pivoter délicatement vers vous jusqu’à ce que le genou plié repose sur le sol; ainsi, le sujet est soutenu et ne peut rouler sur le dos
·  pendant le pivotement, assurez-vous que la tête du sujet repose sur le bras qui set allongé
·  soulevez la tête et placez la main de l’autre bras l’épaule opposée. Reposez la tête sur le bras étendu. Veillez à ce que les voies respiratoires soient dégagée et à ce que la tête soit dans une position qui permette l’écoulement par la bouche.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire