mercredi 25 juillet 2012

Sécurité Générale

Introduction
Les informations contenues dans ce site ne remplacent pas en aucun cas une formation en premiers soins fournie par un organisme homologué.

Les manifestantEs doivent toujours être conscientEs des dangers, médicaux ou autre, qui sont présents lors d'une manifestation. Cette page contient de l’information utile pour se préparer adéquatement à faire face aux diverses urgences médicales lors des manifestations. De plus, la page « liens » contient plusieurs liens vers des pages qui peuvent aider les manifestantEs à se préparer à confronter les dangers non-médicaux.
Ces manifestants n'ont pas <<Envoyez des éclaireurs pour observer et vous décrire les actions des policiers qui sont hors de votre vue.>>


SERVEZ-VOUS DE VOTRE bon jugement: S'il s'agit d'une manifestation «familiale», de courte durée où la météo est clémente, tout se déroulera fort probablement dans le calme et sans blessure majeure. Par contre, si vous sentez que la répression est particulièrement importante et visible (antiémeute présents en grand nombre et armés, par exemple) si vous croyez que les conditions météorologiques ou la durée de la manifestation pourraient être problématiques, nous vous conseillons de:

Prévoir d'avance : Vos besoins de base en eau, nourriture et vêtements, en matériel de soins et identifier des lieux de rassemblement potentiels pour que les médics puissent se réapprovisionner. Sachez où trouver de l’aide, identifiez au préalable une façon de communiquer entre vous (CB, cellulaires, etc.). Ayez les principaux numéros d'urgence en votre possession: numéro d'un parent ou amiE, d'unE avocatE, d'un organisme pouvant vous venir en aide si vous êtes arrêtéE.

Soyez organisés : Il faut travailler en équipe avec des amiEs ou encore avec un groupe du même intérêt. Communiquez, soyez solidaires. Communiquez avec des gens ou groupes clés de la manifestation. Envoyez des éclaireurs pour rendre compte de ce qui se passe en dehors de votre champ visuel. Discutez entre vous : comment vous sentez-vous? Quelle est l'énergie de la foule? Que voulez-vous faire si ça tourne mal? Comment se retrouver si vous êtes séparéEs? Autant que possible, retournez au dernière endroit où vous étiez réunis.

ATTITUDE: Vous êtes fortEs. Vous pouvez facilement résister à la plupart des agents chimiques que la police peut déployer. N’oubliez jamais que la douleur n’est que temporaire et que nous somme extrêmement fortEs, surtout lorsque nous travaillons en groupe.
La peur est l’arme numéro 1 des policiers. Restez calmes et déterminés. Restez groupéEs. 

 
BONS SENS: Gardez votre sang froid, évaluez la situation et ce qui doit être effectué.
RESTEZ CALMES ET CONCENTRÉ-E-S lorsque les choses deviennent plus intenses. Réagissez aux dangers ou aux signes de dangers le plus tôt possible et avertissez les autres. Soyez vigilantEs et alertes afin d'identifier tous les indices de problèmes physiques ou psychologiques potentiels chez vos compatriotes et pour vous-même. Calmez ceux qui paniquent.
ATTENTION AUX RUMEURS: En général, elles sont fausses et encouragent la peur. Travaillez avec les faits.
DOCUMENTEZ les actions de la police, les brutalités policières et toutes blessures. Filmez, prenez des photos, notez les numéros de matricule des policiers. Demandez le nom des témoins oculaires de la scène qui étaient près de vous et ayez une façon de les rejoindre éventuellement, afin d'aider la victime si celle-ci désire intenter des recours.
Colère : La colère intense est répandue en cas d’injustice et peut être très utile si vous y êtes préparéEs et aptes à l'utiliser. Vous pouvez utiliser votre colère pour protéger votre espace, pour vous motiver à vous remettre plus vite sur pied pour retourner dans le feu de l’action. Elle vous permettra peut-être d’avoir l’énergie pour vous diriger vers un endroit sécuritaire.
(Photo: Darren Ell)


Endroit sécuritaire:

Il faut toujours avoir un endroit sécuritaire en tête pour s’éloigner des dangers immédiats, pour vous soigner et pour y amener les victimes afin d'attendre les secours dans un lieu sécuritaire. Demandez aux autres de vous aider à créer une zone sécuritaire autour d’une aire de traitement. Demandez à la foule de scander un slogan pour bloquer l'avancée des policiers ou pour les avertir de la présence d'un-E blessé-E. Empêchez les photographes de filmer ou photographier les blessés. Il est à vous de déterminer ce qui est un endroit sécuritaire selon les circonstances et sachez que cet endroit peut changer. Cet endroit peut être une entrée privée, un parc, une ruelle, une devanture de commerce, de restaurant, le métro, un autobus ou les bras de vos camarades sur la ligne de front.


Ce que vous devez connaître et identifier d'avance:
*Votre environnement. Prévoyez toujours un endroit où vous replier en cas de problème. Dans vos déplacements, gardez toujours une voie de sortie en tête. Utilisez une carte si vous ne connaissez pas bien l’endroit.
*Le plan de la manifestation
*L’attitude des policiers et leur réponse aux actions des manifestantEs. Surveillez ce qu’ils font, leurs déplacements, sont-ils calmes ou tendus et prêts au combat et quel équipement transportent-ils? Ils peuvent aussi être camouflés dans la manifestation, se faisant passer pour des manifestants. Soyez à l’affût pour des groupes de ces policiers, qui sont habituellement des hommes au physique athlétique.
Les agents provocateurs sont utilisés par les policiers mais ils n'en sont pas, ils se fondent dans la fos,

Envoyezdes éclaireurs pour observer et vous décrire les actions des policiers qui sont hors de votre vue.
*Comment contacter des ressources juridiques si vous êtes arrêtéEs ou détenuEs. Écrivez le numéro de téléphone de votre ressource juridique à l’encre permanente sur une partie de votre corps accessible même lorsque menottéE.
*L’endroit où sont les médics et s’il y a un espace de traitement communément appelé clinique.
*Suprise ! On a des droits!  C.O.B.P.  Collectif Opposé à la Brutalité Policière
Ce pamphlet propose des conseils pour réagir aux  abus de pouvoir des policiers. Il nous informe de nos droits face à la police. Il nous propose, avant tout, des moyens d’action pour établir un rapport de force avec la police. Ces renseignements s’appliquent en grande majorité au SPVM (Service de police de la Ville de Montréal)
On compte sur nous même pour connaître nos droits et les faire respecter.
Ce pamphlet peut nous tirer d’affaire, il est donc pratique de l’avoir avec soi.






Aucun commentaire:

Publier un commentaire